top of page
  • Photo du rédacteurMonique Ensuque

Les groupes Facebook pour les parents


De part mon métier, je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux et notamment sur les groupes privés dédiés à la parentalité. Je ne les nommerai pas ici d'autant que vous devez déjà en connaître et que j'ai moi-même créer le mien. De nombreux posts en tout genre y sont faits chaque jour sur les tracas du quotidien de chacun des parents. Certains viennent demander conseil face à une situation, d'autres ne souhaitent que vider leur sac, d'autres viennent y faire l'apologie de leurs enfants parfaits... Même dans la parentalité, nombreux sont les Haters qui viennent critiquer et juger sans être constructifs mais c'est le lot quotidien des réseaux sociaux. Des professionnels viennent parfois proposer leurs services d'accompagnement ou de coaching et ils se font directement rembarrer par ces mêmes Haters à qui l'on viendrait tout à coup retirer leur rôle de juge.


La parentalité d'aujourd'hui est différente. Le monde en constante évolution, la présence exponentielle du numérique, le Tout tout de suite (Amazon, Netflix, les replays...), les familles recomposées, les familles monoparentales, les deux parents qui travaillent, notre société individualiste... Des livres et des livres explorent toutes ces métamorphoses et ces enjeux. Je fais ce métier depuis 5 ans et en parcourant les réseaux je vois à quel point de plus en plus de parents ne s'épanouissent pas dans ce rôle qu'ils n'avaient pas du tout imaginé comme ça. Parfois c'est très compliqué et les situations sont extrêmes mais parfois je sens qu'il n'y aurait vraiment pas grand-chose à faire pour retrouver une harmonie.


Les pensées sont le moteur même des émotions et des actions qui en découlent. Certaines croyances limitantes, des expériences passées, des pressentiments infondés provoquent des émotions inadaptées qui engendrent des actions que nous regrettons au moment même où nous les avons mises en oeuvre.


Se faire accompagner par des professionnels, ce n'est pas un signe de faiblesse tout au contraire. Pour moi, c'est prendre conscience que les enjeux de la parentalité sont certes importants mais que la pression n'est pas là où elle devrait être. Se sentir bien en tant que parent dans sa vie au quotidien est un pilier essentiel à toute éducation alors pourquoi continuer à subir et vivre avec une image négative de nous en tant que parent?

Est-ce mon enfant qui a un problème? Parfois oui... Est-ce moi? Oui je le sais mais je ne veux pas m'y résoudre / Non c'est impossible puisque je fais de mon mieux / Non tout le monde y arrive alors moi aussi je dois y arriver / Non ça ira mieux quand il grandira...


Evidemment qu'on s'en sort et certainement qu'aujourd'hui en tant qu'adultes beaucoup disent même que c'est ce qui a forgé leur caractère. Vraiment? Sont-ce vraiment les blessures d'enfant qui ont fait l'adulte que nous sommes ou est-ce en devenant adultes que nous avons réussi à enfouir ces blessures pour avancer.


J'entends des parents dire mon enfant est fainéant, il ne fait rien, il ne s'intéresse à rien à part les écrans, il est capricieux, il ne travaille pas, il est égoïste... des inquiétudes aussi même chez les plus petits comme il ne veut pas dormir dans son lit, il ne m'obéit pas, il fait toujours des crises, il ne me respecte pas, il ne m'écoute pas...


Les comportements que nous voyons ne sont que la partie visible de l'iceberg. Derrière chaque comportement inapproprié se cache une croyance et c'est celle-ci qu'il faut défaire. Parmi les croyances les plus courantes il y a par exemple : Personne ne m'aime, je suis incapable d'y arriver, on ne fait attention à moi que lorsque je crie ou que je suis en opposition, je ne suis jamais à la hauteur, j'ai peur d'échouer, si on ne me voit pas on ne me fera pas de reproches, je suis laid, ... Se concentrer sur ces croyances limitantes peut souvent provoquer le déclic qui désamorce de nombreuses situations problématiques.


C'est une vrai démarche et des professionnels peuvent vous accompagner pour vous montrer comment devenir autonome en toute situation. Cet accompagnement à un coût oui. Comme tout professionnel, des formations ont été suivies, des outils en TCC, CNV, PNL... ont dû être assimilés et évidemment ces formations ont eu un coût en temps et en argent. Alors oui, nous nous faisons payer pour nos services, comme tout travail et la parentalité, tout comme d'autres domaines liés au bien-être sont payants.


Sur les réseaux je donne mes conseils gratuitement. Mon métier ne se résumant pas à donner des conseils comme de nombreux parents l'ont déjà compris. Alors oui les groupes Facebook pour des conseils de parents qui ont vécu la même situation c'est très enrichissant et les ateliers de parents que j'anime le sont d'autant plus grâce aux expériences de chacun, mais si vous souhaitez amorcer un vrai changement parce-que vous avez un objectif à atteindre dans la façon de vivre la parentalité alors c'est avec nous ! On vous attend !


Monique Ensuque

Coach professionnelle Parent/Enfant/Scolaire

Facilitatrice DP Parents/Enseignants/Petite Enfance

Certifiée en Burn out parental



54 vues0 commentaire

Comments


bottom of page